Au mois de mai 2020*, StaffMe a mené une enquête auprès d’un échantillon représentatif ** des entreprises utilisatrices de sa solution, sur l’impact qu’a eu le covid sur leur activité. En voici les principaux résultats.

Impact de la crise sur l’activité

85% des interrogés ont vu leur activité partiellement ou totalement (35%) arrêtée. Cela explique que près de 50% des répondants aient eu recours aux autres mesures d’aides mises en place par l’État.

Cependant 15% ont eu une activité supérieure à la norme. Ce sont principalement les secteurs GMS, E-commerce,  RH & Formation et Agroalimentaire qui ont constaté une activité équivalente voire en hausse par rapport aux semaines précédant le confinement.

Gestion de la crise côté RH

Suite aux mesures de confinement imposées, 60% des entreprises ont eu recours au télétravail pour tout ou partie de la masse salariale. Le confinement a également eu pour conséquence une plus grande digitalisation des outils (52%) mais aussi à une plus grande flexibilité des horaires (48%).

Est-ce que tous les effectifs ont continué à travailler à 100% pendant le covid ? Majoritairement non, car 62% des interrogés ont eu recours au chômage partiel pour tout ou partie de leurs salariés (78% pour les start-up).

On note que près d’une entreprise sur cinq a eu recours à des solutions de flexibilisation de la main d’œuvre (contrats courts, renforts externe etc.). Et pour 80% des entreprises ayant eu recours à ces solutions, celles ci leur ont permis de gérer le surplus d’activité, ou de gagner en agilité dans la gestion territoriale des ressources.

Initiatives pour faire face à la crise

Pour faire face à la crise, 42% ont mis en place des initiatives sociales ou solidaires pendant celle-ci. En voici quelques exemples :

"Nous avons proposé une baisse des salaires des cadres dirigeants, sur la base du volontariat."

- Acteur du retail

"Nous avons envoyé des colis plein de nos recettes dans des hôpitaux aux 4 coins de la France."

- Acteur de l’agroalimentaire

"Nous avons négociés des tarifs préférentiels pour le personnel médical sur notre plateforme."

- Acteur de l’hôtellerie

Par ailleurs 47% ont développé de nouvelles activités ou de nouveaux projets pour faire face à la crise(55% pour les start-up). En voici quelques illustrations :

"Nous avons développé un service de Click & Collect avec des bornes de retrait dans 7 magasins test"

- Acteur du retail mode

"Nous avons lancé notre service traiteur livré à domicile, en partenariat avec une startup de la livraison du dernier km"

- Acteur de la restauration

Scénarios de reprise

Le covid aura un fort impact sur l’activité économique des entreprises puisque 61% se préparent à une reprise lente et un retour à une situation stable pas avant plusieurs mois, alors que seulement 6% prévoient une augmentation temporaire “rebond” de l'activité sur une durée de quelques semaines.

57% estiment qu’à plus long terme, leur activité sera inférieure à l’année précédente, et 26% n’ont pas assez de visibilité pour répondre.

Enjeux RH pour les mois à venir

Le premier enjeu qui se dessine est la flexibilisation du travail puisque 45% des répondants vont chercher à conserver une grande flexibilité du travail et 57% vont sûrement ou probablement chercher de la flexibilité avec une main d’oeuvre externe.

La question des licenciements va également être importante puisque 22% pensent qu’ils seront contraints de licencier du personnel et à hauteur de 20% en moyenne. Les 3 secteurs les plus concernés par des prévisions de licenciement sont le Marketing & Événementiel, Restauration hôtellerie & tourisme, Mobilité & transport. 18% des startups pensent devoir licencier, à hauteur environ de 11,5% en moyenne

Les difficultés envisagées

L’analyse de notre enquête en ligne et des interviews menées nous permettent de dégager quelques enseignements majeurs.

Il existe une grande incertitude quant à l’avenir de la consommation et du niveau de commande post-crise. La reprise d’activité de beaucoup d’entreprises dépend encore des mesures qui vont être prises dans le cadre du déconfinement progressif et des dates officielles de retour à la normale.

57% d’entre elles anticipent un impact négatif à long terme sur leur activité avec à la clé une réduction des coûts RH via des licenciements pour 22% des répondants.

Certains secteurs ont été épargnés et prévoient un rebond ou une légère croissance dans les prochaines semaines, comme le commerce alimentaire, le e-commerce, la formation ou la logistique.

Les principales stratégies qui se dessinent

Voici les principales stratégies partagées par les répondants pour la reprise d’activité :

Réorganisation des équipes, commerciales notamment : Conquérir de nouveaux marchés ou territoires, réorienter sa force de vente face aux restrictions de visites commerciales (fournisseurs de GMS / GSS), construire des promotions offensives etc. ;  les entreprises mettront principalement l’accent sur les postes de business developer pour accélérer la reprise.

Pilotage de la rentabilité : les nouvelles mesures sanitaires vont fortement impacter le rendement de certaines activités industrielles ou de restauration par exemple. La priorité pour les entreprises de ces secteurs sera d’optimiser les coûts à chaque étape de la chaîne de fabrication pour retrouver un niveau de rentabilité équivalent.

Flexibilisation du travail : Face à l’incertitude générale les entreprises privilégieront la formation et les mouvements internes pour réallouer le personnel sur les principaux besoins (ex. e-commerce), pour les activités en hausse ou le développement commercial, les solution RH ponctuelles (intérim, Auto-entrepreneurs) seront privilégiées.

Et le digital ! Tous secteurs confondus, les entreprises ont conscience que le parcours d’achat des clients sera durablement impacté. L’attractivité des sites web et la capacité à organiser la chaîne logistique jusqu’au consommateur feront la différence.

Pour télécharger les résultats complets de l’étude cliquez ici : https://www.staffme.fr/etudecovid19

Quelques articles ayant repris les résultats de notre étude :

*Etude réalisée entre le 1er et le 5 mai 2020
**145 entreprises ont répondu en ligne, 40 ont répondu à une interview téléphonique, représentant au totale plus de 37 500 salariés dans toute la France